Des sans-grades instrumentalisés par le colonel Abdine

Le Charnier de Diago est la réponse tragique donnée au contrecoup perpétré par un groupe de soldats restés « fidèles » ou manipulés par le Colonel Abdine Guindo, auteur principal et intellectuel de cette sinistre opération qui aura tourné à un tragique fiasco. Plusieurs observateurs pensent que cet officier supérieur, très proche de l’ancien président ATT endosse l’entière responsabilité de la mort de ses jeunes militaires, dont les cadavres mutilés ont été découverts dans un charnier proche de la ville-garnison de Kati. Comment tout cela est-il arrivé ? Par la faute disent certains de la négligence coupable du président ATT qui a refusé systématiquement d’équiper en matériels lourds, performants et sophistiqués ce corps d’élite, dont il fit pourtant ses premières armes de gloire. C’est pour cette raison que parmi les militaires tués ne figure aucun officier gradé. Tenez-vous bien sur les 21 bérets rouges sacrifiés (8) étaient des soldats de première classe, (11) des soldats de deuxième classe, (1) sous-lieutenant, (1) sergent-chef. Pas la moindre trace d’un cadre supérieur de l’armée, le jour sanglant de cette tragédie. Ce qui donne la preuve éclatante que ce coup de force raté a été fomenté dans des conditions de préparation ahurissantes, pour ne pas dire suicidaires. 

Le Phénix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR