Scandale à la CMSS:Diéminatou loue 26 ordinateurs à 296 millions FCFA

Non ce n’est pas une blague ! La Direction générale de la Caisse malienne de
sécurité sociale (CMSS), loue des ordinateurs bureautiques et des imprimantes
pour plus de 500 millions F CFA avec la société Technicom par trimestre.
La CMSS fait face à une hémorragie financière qui ne manquera pas de la faire sombrer
dans les abysses.
En effet, les Marchés N°4755 /CPMP/MSAS/2019 et N°4622/CPMP/MSAS/2019, la
Caisse malienne de sécurité sociale fait recours au service de la société Technicom pour
la location d’équipement informatique et infogérance. Le montant du premier contrat
est de 22 833 000 F CFA pour trois mois, amputé sur le budget 2019, section 668,
G6811000.
Le second marché est conclu pour un montant de 24 737 520 F CFA avec le même objet
que le premier et la même amputation budgétaire sur la même section.
Dans le contrat le prestataire s’engage à livrer les équipements (ordinateurs, onduleurs
et imprimantes), conformément à la demande de renseignement de prix pour la somme
de 35 000 FCFA HT par ordinateur et par mois et 18 F CFA la page Hors taxes pour les
imprimantes.
Dans le devis estimatif du contrat de Technicom, il loue 4 ordinateurs bureautiques (i7)
à 35 000 FCFA par mois soit 5 040 000 FCFA pour 36 mois ; 26 ordinateurs
bureautiques (i5) à 35 000 FCFA par mois soit 32 760 000 FCFA pour 36 mois ; 10
imprimantes multifonctions soit à 194 400 000 F CFA pour 36 mois. Le tout pour un
montant de 273 996 000 FCFA TTC, soit 22 833 000 F CFA TTC par trimestre.
C’est le même gymnastique qui a été réalisé pour le second marché, mais cette fois le
montant TTC s’élève 296 850 240 F CFA.
Ces locations de matériels en principedevraient être effectuées au compte de la section
Assurance maladie obligatoire (AMO) de la CMSS. L’on se demande que cache cette
opération inavouable et hilarante pour une informaticienne de son rang. Mieux, ce
montant peut même acheter une usine de montage d’ordinateurs. Le plus scandaleux
reste comment une structure comme la CMSS peut louer des ordinateurs ?
Joint, Douada Dembélé responsable de Technicom se dédouane. Il estime que cette
pratique qui constitue à louer du matériel informatique est courante en Europe. Pour lui,
il coûte moins cher aux services de louer du matériel que d’acheter chaque année le
même matériel et les consommables qui vont avec.
Sur les montants, il r assure qu’il ne touche que les 24 et 22 millions FCFA inscrit dans le
contrat. Et qu’à ce jour, il n’a pas encore touché ses chèques. Aussi, il confie que sa
société fait de telles prestations avec certains organismes internationaux installés au
Mali.
D’un scandale à un autre
Ce scandale n’est pas le seul forfait de Diéminatou Sangaré, au compte de cette même
section AMO, elle a procédé à la location d’un immeuble R+3 sis à Sébénicoro pour un
montant mensuel de 9 millions de F CFA. Et, le hic ici est qu’aucune procédure n’a été
respecté en la matière.
En effet, nonobstant la lettre N°0142/MEF-DNCF en date du 09 Août 2019, du Directeur
national du contrôle financier, adressée aux directeurs régionaux du Contrôle financier,
les délégués du contrôle financier près des institutions de la République, les
départements ministériels, des organismes personnalisés et des entrepôts maliens à

l’extérieur. Cette lettre qui avait pour objet de demander aux et aux autres de respecter
les procédures en vigueur concernant les dépenses relatives aux contrats de bail.
La circulaire informe les uns et les autres que les baux doivent être conclu entre les
bailleurs et le directeur général de l’administration des bien de l’Etat et approuvé par le
Directeur des finances et du matériel du département concerné.
Le directeur national appelle au respect des prix plafonds des loyers. Ils se fixent ainsi
que ce suit par la communication verbale au Conseil des ministres du 12 mars 2014 :
400 000 FCFA pour les directions régionales ou les projets ; 600 000 FCFA pour les
direction de service central et 1 200 000 FCFA pour les institutions de la République et
les ministères.
Dans le cas de l’immeuble R+3 devant servir d’annexe à la direction générale pour
abriter le section AMO, la Directrice générale de la CMSS, en complicité avec le contrôle
financier, a fait de ces injonctions. Elle a contracté elle le même le bail et paye un
trimestre déjà soit 27 millions FCFA au bailleur que d’aucuns soupçonnent d’être un
proche de la dame. Selon un inspecteur des finances, en payant cette facture, Diéminatou
Sangaré a violé la loi qui limite ses pouvoirs d’engagement à moins de 25 millions FCFA,
mais dans le cas précis, elle s’est substituée au ministre qui est le seul à engager des
dépenses d’un tel montant.
En six mois de gestion, la dame Diéminatou Sangaré commence à révéler au monde son
vrai visage et ses grandes capacités de gestionnaire. A son arrivée à la tête de la
structure, confie une source interne, elle tente d’amadouer tout le personnel par
l’instauration d’une prime qui porte son nom. Diéminatou serait colérique et allergique à
la critique.
Pour sûr, ses hauts faits ont tout l’air d’une gabegie qui mérite que le Vérificateur
général fasse un tour. Il y a péril en la demeure !
A suivre prochainement comment des forages sont facturés à 23 millions FCFA l’unité.

Harber MAIGA/Azalaï Express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR