Les religieux et leur environnement : A quand le réveil commun ?

 

Un engagement ferme ! C’est ce qui doit être demandé aux religieux et à tous les religieux. Pourquoi ? Les déchets plastiques en cause ! Pourquoi pas un djihadisme en ‘‘Vert’’ ?

Ils sont partout aussi mobiles que nos déplacements. Poussés parfois par de violents tourbillons. Parfois, ils nous précèdent, nous survolent ou titillent nos talons. Au-delà des effets du changement climatique avec des perturbations implacables comme la canicule pendant ce mois de Ramadan, les sachets plastiques constituent aujourd’hui des voisins bien encombrants. A qui la faute ? La question se situe ailleurs et pourrait se reformuler autrement : qui pourrait faire quoi face à la menace des déchets plastiques ?

Ils envahissent notre environnement. Des cités ACI à Goudiaby, de la cour des villas aux alentours des gares et autres aux concessions rurales, des champs aux fermes. Même les eaux ne sont pas épargnées. Voyez l’état lamentable de tous nos collecteurs ! Heureusement que le ciel dans sa miséricorde est toujours fidèle au rendez-vous avec la pluie. Entre ciel et terre, levez la tête et un regard panoramique permet de mesurer l’ampleur du mal : un nouveau cancer ronge notre environnement. N’y a-t-il pas urgence ?

A l’échelle mondiale, la bataille est engagée depuis des années. Et nous alors ? Soyons justes, quelques initiatives locales commencent à émerger de même que d’autres plus anciennes. En tout cas, la globalisation n’est-elle pas de penser à l’échelle universelle et d’agir localement ?

Entre ‘‘enseignements’’, homélies, prêches et conférences-débats, il y a matière à plancher pour la gloire de Dieu et le salut de l’Homme. Les religieux ont leurs domaines d’intervention que personne ne semble leur contester. Des actions communes pourraient même être envisagées. Qu’ils les élargissent à tous les horizons. S’engager ou périr ! Tel est l’enjeu aujourd’hui !

Certes, nous n’avons point la prétention de nous introniser khalife à la place du khalife ou roi à la place du monarque pour frapper aux portes du village global, cela afin d’occuper pleinement notre place au… soleil dans le champ d’une bataille déjà engagée. Armés de la science et de la technologie et comme bouclier notre Foi.

Adama Jean Keïta/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR