Coalition djihadiste le pays dogon: Péril sur le dernier bastion de résistance !

Depuis plusieurs semaines, précisément le 19 juin 2020, la situation sécuritaire se dégrade façon dramatique dans le plateau dogon. Rien que dans la localité de koro où, fait sans précédent, flottent désormais des drapeaux jihadistes, pas moins de 4 villages ont été mis à sac, les greniers vidés ou brûlés, le bétail volé, les maisons, écoles et hangars détruits. On assiste à un déplacement massif des populations pour se mettre à l’abri des exactions. Une dizaine parmi elles ont été tuées.

Il nous revient que des colonnes jihadistes, estimées entre 1000 et 3000 éléments, issus des trois pays frontaliers du Liptako –Gourma (Burkina, Niger et Mali) tentent d’occuper le plateau dogon à partir des villages de Bedossou et de Berda. Où déjà plusieurs éléments proches de Kouffa sont signalés !
Ces djihadistes continuent leur progression dans la zone de Kassa et leur objectif est, selon toute vraisemblance, de s’installer dans ces hauteurs afin de faire face à un éventuel retour des FAMAs dans la zone. L’accès de Bandiagara n’en serait alors que plus aisé.
Encore mardi dans la mi-journée, des colonnes de jihadistes, en route pour la commune de Bamba, précisément Bamba et Bamba Dianga, étaient face à face avec les combattants d’auto-défense leur tenant la dragée haute. Depuis jeudi, le village de Sindé situé non loin de celui de Saou en flammes.
Voilà un fait sans précédent dans le seul bastion de résistance aux forces obscurantismes dans notre pays, grâce à la mobilisation de ses fils, faute par l’Etat d’assurer de protéger les Maliens et leurs biens sur le territoire national.
La hiérarchie militaire malienne est-elle au courant de ces opérations d’envergure inédites dans cette zone que certains s’évertuent à faire passer comme de simples conflits intercommunautaires? Le moins que l’on puisse déplorer : en lieu et place d’une équipe de sécurisation, c’est plutôt une mission qui a été dépêchée mercredi sur place pour survoler la zone et constater les dégâts.
Que fait donc la communauté internationale- Minusma, Misahel, France et autres- dotée qu’elle est de moyens impressionnants en termes d’équipements militaires, de renseignements et d’experts de toutes sortes pour éviter au Mali de sombrer dans le chaos ?
Depuis plusieurs semaines, le v village dogon de Berdoussou abrite un groupe armé djihadiste d’une centaine de combattants. Ce groupe a mené divers attaques à partir du 19 juin 2020 contre les villages de bersa et de saou et d’Antaga-ley ont abandonné leurs maisons au profit de v villages environnants en raison des attaques du groupe armé installé à Berdoussou.
Ce jour, 6 juillet 2020 le village de saou a de nouveau été attaqué et les assaillants sont en mouvement retour vers la base de Berdoussou avec les biens volés. Il a été constaté que des cadres peulhs véhiculent l’information que ce » sont les donzo et Toloba qui mènent le siège de Berdoussou.

Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR