Assainissement en commune V : La mairie décidée à prendre les choses en main

Un cadre de vie meilleur est l’un des soucis du maire Amadou Ouattara et son équipe. C’est pourquoi sa mairie entend poursuivre le projet de puisard afin de permettre à la population de ne plus déverser les eaux usées dans les collecteurs. L’information a été donnée, le samedi 8 août 2020 à l’hôtel Olympique, lors de la 7ème édition du semestriel déjeuner de presse.

Le déjeuner de presse est l’occasion créée par la mairie de la commune V pour s’acquitter de son obligation de rendre compte à ses mandants. La 7ème édition qui a eu lieu samedi dernier à l’hôtel Olympique a ainsi permis à Amadou Ouattara et ses conseillers de passer au peigne fin les activités du semestre passé.

Ainsi dans sa politique de développement, la mairie a entamé des réalisations avec ses partenaires. Entre autres réalisations, le lancement des travaux de pavage et de réalisation des puisards/lavoirs dans les familles riveraines de la rue 342, dans le cadre de coopération décentralisée entre la mairie de la commune V et l’agglomération Grand Paris Sud. Ces travaux sont financés par l’AGPS et la mairie de la commune V avec respectivement 25 000 000 CFA et 5 000 000 FCFA.

Le démarrage des travaux de bitumage et d’éclairage des rues 161 et 353 de Kalabancoura par Case Construction à hauteur de 887 000 000 FCFA, le renforcement des capacités de l’unité de production de pavée par la SNV avec un appui financier de 12 000 000 FCFA. A cela, s’ajoutent le lancement en avril et la réception provisoire en juin, des latrines publiques dans les écoles, CSCOM et marché de Baco Djicoroni sur financement de l’AFD et de la fondation SADEV à hauteur de 16 000 000 FCFA, dans le cadre du projet d’appui au développement et l’aménagement de Baco Djicoroni (PADAB).

Le Maire Ouattara a cependant évoqué les difficultés rencontrées au cours du semestre : le climat social peu favorable à toutes formes d’activités, la Covid-19 le couvre-feu et la réduction des effectifs lors des rassemblements, le refus systématique de l’enrôlement biométrique par les occupants des équipements collectifs marchands, raison pour laquelle les choses trainent. A cela, s’ajoutent le difficile recasement des 4000 déguerpis à Mountougoula en raison des procédures judiciaires toujours en cours, l’attente de l’approbation des plans de réhabilitation des quartiers de Sabalibougou, Bacodjocoroni, Kalabancoura Spontané. Malgré ces difficultés, le personnel de la mairie ne souffre pas retard de salaire. Mieux pour l’amélioration du cadre de vie, la mairie a entamé des projets d’assainissement de la commune pour le mieux-être dans les quartiers. Aussi entend-elle réaliser des puisards pour le drainage des eaux usées.

Drissa Togola/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR