Général de Brigade Salif Traoré: Loyauté et fidélité au présidente IBK

 
La formation d’un Gouvernement restreint de six membres, en l’absence notoire du Général de brigade Salif Traoré a naturellement suscité de vigoureux commentaires favorables ou défavorables, voire même infamants, contre l’ex-ministre de la sécurité et de la protection civile, père fondateur de la redoutable force spéciale antiterroriste ( FORSAT), dont la mission première est de combattre le terrorisme essaimant dans notre pays sous toutes ses formes.
La correspondance du Dircab du premier ministre de crise, Boubou Cissé (récemment propulsé à la tête de la nouvelle cour constitutionnelle), a sans doute eu comme dessein funeste de créer ce monstrueux malentendu, concernant le rôle peu ragoutant ou meurtrier (selon les acteurs du M5-RFP) accompli par cette force spéciale de répression, lors des événements tragiques des 10,11, 12, 13 marqués par la mort de plusieurs manifestants du M5-RFP. Toutefois dans les deux camps, on n’arrive pas toujours à accorder les mêmes violons sur la qualité des manifestants assimilés plutôt,dans l’autre camp à une horde de vandales qui se sont illustrées dans les rues de la capitale, à travers une multitude d’actions crapuleuses et violentes.
Une chose est de créer cette unité d’élite regroupant plusieurs forces répressives, mais une autre chose est d’en être le maitre-d’oeuvre de cette regrettable tragédie, dont les enquêtes se poursuivent pour en dénicher les vrais commanditaires. Mais il n’en fallut pas tant , pour que les « ennemis »( ce mot n’est pourtant pas fort) voient du coup la main invisible du Général et les médiocres pamphlétaires envahir ainsi littéralement les réseaux sociaux, en publiant à tour de bras les insanités et les contrevérités sur les actions imaginaires du ministre démissionnaire. Des centaines de maliens de bonne foi saluent au passage les qualités intrinsèques de cette haute personnalité, son professionnalisme avéré dans l’exercice de ses nobles missions au service de la paix et de la tranquillité sociale de notre pays.
Nous sommes de ceux qui pensent que le président IBK sommé depuis trois mois par le M5RFP de céder son fauteuil de « président démocratiquement élu par le peuple malien » » ne peut guère se permettre le luxe ravageur et destructeur pour ses soutiens,, de mettre longtemps à la touche les personnalités dignes de respect et de confiance et qui sont restées toujours loyales et fidèles à lui et à son régime.
B.CAMARA/Le Phénix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR