ESCROQUERIE ET ABUS DE CONFIANCE: Boubacar S. Samaké dans les couloirs de la Banque mondiale

Bénéficiaire d’un important marché de la Banque mondiale dans le Nord du Mali, Boubacar Sidiki Samaké est un escroc multirécidiviste réputé dans l’escroquerie, l’abus de confiance et l’émission de chèques sans provision.

 Boucader Haïdara, M. D, Guindo sont, entre autres, quelques individus sur la longue liste des victimes de Boubacar Sidiki Samaké. Avec une dizaine de plaintes pendantes devant les juridictions maliennes et plusieurs mandats de dépôt sur lui, l’ancien pensionnaire de la Maison centrale d’arrêt de Bamako utilise toutes sortes de stratégies pour ne pas honorer ses engagements vis-à-vis de ses créanciers.

Sa dernière victime en date est Boucader Haïdara, à qui il doit 56 millions de F CFA.  En effet, M. Samaké, PDG du Groupe Kolly Sarl, a emprunté, il y a trois ans, ce montant au sieur Haïdara. Et depuis, son créancier lui court après. 

Boubacar Sidiki Samaké, discours flatteur et visage innocent, aurait contracté plusieurs prêts. Des dettes qu’il s’engage à payer dans un délai raisonnable. Parfois, il va jusqu’à proposer un taux d’intérêt, ou même le double du montant emprunté.

Rendez-vous manqués, intimidations, mises en scène dignes d’un film de western et émission de chèques sans provisions. Tels sont les modi operandi de notre ancien bagnard pour tenter de semer ses créanciers.

Dans le cas de M. Haïdara, il avait promis de rembourser 60 millions, en lieu et place des 56 millions empruntés. A ce jour, le créancier n’a perçu le moindre sou.

Un metteur en scène hors pair

Boubacar Samaké aurait été un bon acteur de la comédie. Du moins si l’on s’en tient à sa dernière mise en scène qu’il a tenté de faire gober à plusieurs  de ses créanciers et même à la Banque mondiale qui vient de lui confier un important marché  dans le Nord du Mali.

L’homme, sachant qu’il était vivement recherché, n’a trouvé mieux que de simuler son enlèvement par les terroristes. Il raconte à qui veut l’entendre qu’il n’a eu la vie sauve que grâce à une rançon qu’il aurait versée à ses ravisseurs. Et même qu’une partie de ses collaborateurs serait encore entre les mains des preneurs d’otage. Une façon pour lui d’expliquer à ses créanciers qu’il traverse des difficultés financières. Aussi, cette technique imparable est une façon de pouvoir tromper la vigilance de l’institution de Bretton Woods sur le non respect des délais contractuels.

La Banque mondiale ne tardera point à découvrir le vrai visage de ce célèbre escroc. Ses capacités à exécuter convenablement le marché à lui confié ont déjà mises à mal par beaucoup de concurrents et d’anciens partenaires.

Fuir la justice à tout prix

Face aux dizaines de plaintes qui couvent au niveau de la police et de la gendarmerie, Boubacar Samaké a fait des pieds et des mains pour tenter de se faire élire député. Une façon pour lui de continuer à narguer allégrement ses créanciers sous le couvert d’une hypothétique immunité parlementaire. Mais, il faut croire que les choses ont tourné au vinaigre pour lui. Il a été battu à plate couture par ses adversaires et ce, dès le premier tour. Après cette déculottée à l’allure d’une déconvenue, l’homme qui ne dort plus que d’un œil se targue d’avoir des amis dans la haute sphère de l’appareil judiciaire.

Aux dernières nouvelles, la Banque mondiale aurait remis ses compétences en doute, car l’exécution du marché a accusé un retard considérable. Pire, il ne pourrait pas bénéficier d’un avenant.

Affaire suivre.

Jean JACQUES/Azalaï Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR