ENTRE NOUS: Les vérités crues de M. le Président !

«Aucun d’entre nous ne sera au-dessus de la loi. Notre seule raison d’être est de travailler à satisfaire notre peuple. C’est le serment que j’ai prêté. Je n’y dérogerai pas.

MERCI, M. LE PRESIDENT !
Chaque centime de ce peuple doit être judicieusement utilisé et je veillerai à ce qu’il le soit. Utiliser rigoureusement les deniers publics, c’est aussi réajuster le train de vie de l’Etat.

ENCORE MERCI, M. LE PRESIDENT !
Le combat contre le fléau de la corruption sera sans concession aucune. Il doit se faire d’abord par notre propre irréprochabilité en tant que dirigeants. Mais il doit se faire également à travers les réformes systémiques. Il est, de ce fait, nécessaire que le gouvernement puisse avancer sur certains chantiers évoqués lors des Journées de concertation nationale plus récemment et au cours de fora antérieurs.

C’EST BIEN VRAI, M. LE PRESIDENT !
L’imprescriptibilité du crime d’atteinte aux deniers publics est un de ces chantiers, de même que la lutte acharnée contre l’impunité et la suppression du privilège de l’immunité lorsque les deniers publics sont en cause. C’est à ce prix que la morale publique sera restaurée et que l’avenir de la nation majeure que nous sommes sera sauvé ».

RIEN DE PLUS VRAI, M. LE PRESIDENT ! ‘’WILIBALI DO ’’ !
Ces extraits sont tirés de la Lettre d’orientation du Président de la Transition lue, le 09 octobre 2020, lors du premier conseil des ministres du Gouvernement dirigé par le PM Ouane.
Les crimes d’atteinte aux biens publics seront désormais frappés par le sceau de l’imprescriptibilité, si l’on s’en tient à ces propos du Chef de l’Etat, Bah N’Daw. Selon le dictionnaire Toupie, «l’imprescriptibilité est le caractère de ce qui est imprescriptible, de ce qui ne peut s’éteindre par prescription, notamment pour un droit ou une action en justice».
‘’En français facile’’, cela veut dire qu’une personne soupçonnée de commettre une infraction d’atteinte aux biens publics peut être traduite à tout moment devant les juridictions compétentes. C’est en vertu de ce principe que certains criminels de la seconde guerre ou d’autres crimes contre l’humanité sont traqués, jugés et condamnés malgré leur âge.
C’est pourquoi nous suggérons que la nouvelle constitution doit absolument consacrer ce principe d’imprescriptibilité des crimes d’atteinte aux biens publics comme le Coup d’Etat l’est dans la Loi fondamentale du 25 février 1992.
Nous suggérons aussi de mettre fin au privilège de juridictions, qui permet à une catégorie de serviteurs de l’Etat d’échapper aux juridictions de droit commun. Car une justice impartiale et indépendante est un maillon essentiel de la lutte contre la corruption.
Pour cela, il faut mettre à travers des réformes audacieuses les magistrats à l’abri des pressions politiques.
Les futures réformes ne serviront à rien si elles n’arriveront pas à couper le cordon ombilical entre les partis politiques et la gestion de l’administration publique.
Sous nos tropiques, rares sont les formations politiques qui conçoivent leur alimentation en dehors du circuit des ressources financières de l’Etat. Leurs tubes digestifs sont grand – ouverts comme ça ! Ce qui explique les nombreux crocs en jambe, coups de Jarnac et autres bras de fer pour le contrôle des départements ministériels. Surtout les plus juteux ! Chacun espère obtenir un ministère pour attribuer des marchés publics à des amis qui s’engagent à leur tour à financer l’appareil politique du boss. Voilà des pratiques aux antipodes de l’orthodoxie qui ont largement contribué à mettre ce pays à terre.
Reste que la détermination affichée par l’actuel Premier des Maliens sera vaine si le patriotisme et le souci du respect du bien public ne sont pas conscience partagée par ses compatriotes. Les programmes pédagogiques enseignés à l’école doivent inculquer – dans la tête des futurs agents de l’administration – le civisme, qui permet de comprendre la sacralité du bien public.

Chiaka Doumbia/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR