Grève de 72 heures de l’Untm : Le mot d’ordre suivi à 99%

 

Le mot d’ordre de grève de l’Union nationale des Travailleurs du Mali (Untm) a été largement suivi sur l’ensemble du territoire national. Selon le Bureau exécutif de la centrale syndicale, la grève a été suivie à 99%.

Selon les premières évaluations faites par le bureau exécutif de l’Untm, hier à midi, les banques, les services administratifs, les Directions administratives et financières (Daf), les Direction des finances et du matériel (Dfm), les Directions des Ressources humains (Drh), les financiers de tous les secteurs ont respecté le mot d’ordre de grève. Plus de 100 citernes-remorques étaient stationnées à la seule frontière Mali-Sénégal en attendant de remplir certaines formalités de passage, a expliqué un responsable syndical.

Dans les régions et le district de Bamako, l’administration publique tournait au ralenti. Pour ce 1er jour, le mot d’ordre a été suivi sur l’ensemble du territoire, nous a confié Mody Samba Touré, secrétaire générale de l’Union régionale des Travailleurs de Kidal, non moins membre du bureau exécutif de l’Untm. Il se réjouit de l’adhésion à cette lutte de certains syndicats non affilés à la centrale syndicale.

Face à la situation, le gouvernement de Moctar Ouane a paniqué et a envoyé hier, aux environs de midi, une correspondance invitant l’Untm à reprendre les négociations, le même jour à 15 heures. Une demande gouvernementale à laquelle le secrétaire général de l’Untm et ses camarades ont opposé une fin de non-recevoir.

Ce jeudi 19 novembre, le Bureau exécutif de la centrale syndicale doit se réunir pour le dépôt d’un nouveau préavis de grève de 120 heures. Probablement les négociations pourront reprendre le lundi prochain. Car, le gouvernement de Transition peut difficilement supporter le choc de ces journées de grève avec des pertes financières journalières estimées à plus de 7 milliards.

Et pourtant cette grève de l’Untm ne fait pas l’unanimité. Les Syndicats de l’éducation signatures du 15 octobre 2016 ont appelé, dans un communiqué, leurs militants à ne pas suivre le mot d’ordre de la centrale syndicale. « Nous, syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, informons l’ensemble de nos militantes, militants et sympathisants ainsi que l’ensemble des enseignants du Mali que nous ne sommes concernés ni de près ni loin par le préavis de grève de l’Untm. En effet, nous sommes convaincus que nous ne pouvons pas suivre un mot d’ordre de grève dont nous ne sommes pas signataires et surtout quand celui-ci vise à compromettre les acquis engrangés au bénéfice des enseignants du Mali depuis 2016. Ces acquis suscitent des jalousies et nourrissent de l’égoïsme, de la haine, du mépris et de la méchanceté chez certains à l’endroit du personnel enseignant», a détaillé les syndicats des enseignants.

La Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM) de Mme Sidibé Dédeou Ousmane a invité l’ensemble de ses militantes et militants à poursuivre normalement le travail durant cette période de grève.

Malgré ces différentes prises de positions, le mot d’ordre a été largement suivi. Le Gouvernement de transition a le dos au mur.

C D/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR