Mali : Campagne cotonnière 2023-2024 : c’est parti pour un nouveau challenge !

 

Le 05 janvier 2023, le Président-directeur général de Compagnie malienne pour le développement des textiles, Dr Nango Dembélé, à la tête d’une importante délégation composée du directeur de l’industrie, Moussa Yattara, ainsi que du secrétaire de la section syndicale, Daouda Traoré, a visité les filiales cotonnières centre et sud. Objectif : constater l’état d’avancement de la campagne d’égrenage. A Ouélessébougou et à Bougouni, le PDG et sa suite ont également visité les magasins de stockage des intrants agricoles.

À l’issue du périple, Nango Dembélé s’est réjoui de la cadence de la campagne d’égrenage. Selon lui, avec un rythme soutenu, les usines n’auront aucune difficulté à égrener la totalité du coton graine de la campagne 2022-2023 dans le délai imparti. Occasion pour lui de remercier l’ensemble du personnel industriel pour leur engagement et leur motivation. Il a également remercié les plus hautes pour tous les efforts consentis en faveur de la filiale coton, notamment la mise à disposition des moyens de production aux producteurs, le maintien de la subvention des intrants et le prix du kilogramme du coton-graine ramené à 285 FCFA.

Quant au directeur de l’industrie, Moussa Yattara, il a fait le point sur les capacités de l’usine de Ouélessébougou. En effet, installé en 2005 avec une capacité journalière de 373 tonnes, ladite usine doit cette année égrener 47 000 tonnes de coton graine. Avec une capacité journalière de 402 tonnes, elle a atteint les 16 000 tonnes, soit 102% de sa capacité, a-t-il expliqué.

L’autre étape du périple a concerné la visite des magasins de stockage des intrants agricoles. En effet, la campagne 2021-2022 a été couronnée par une baisse drastique de sa production en raison de son démarrage dans un contexte difficile. Lequel a été marqué par la flambée des prix des intrants agricoles sur le marché mondial (suite de l’impact de la pandémie de Covid- 19 et de la guerre entre la Russie et l’Ukraine), l’embargo sous-régional ayant privé le Mali d’accès aux principaux ports d’approvisionnement, les inondations de parcelles suites à de fortes pluies par endroit ainsi que l’invasion précoce des champs de la sous-région, y compris le Mali, par de nouvelles espèces de Cicadelles (Jassides). La Cmdt a donc décidé d’anticiper. Et pour cause, si la fermeture des frontières reste un mauvais souvenir, le prix des intrants, avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine, n’a toujours pas baissé à l’international. Ainsi, la Cmdt, après l’établissement d’un plan de campagne 2023-2024 aussi ambitieux que la précédente, a déjà commencé la réception et la mise en place des intrants agricoles. Et selon l’administrateur général de la filiale Sud, Kabaou Dolo, la Cmdt a déjà commencé les préparatifs de la campagne au niveau de zone, notamment avec la réception et le stockage des intrants agricoles dans les magasins. Au fur et à mesure qu’on évacue le coton, les camions déposent les engrais au niveau des secteurs, a-t-il expliqué, tout en rassurant les paysans, notamment sur des problématiques d’intrants et de la présence des Jassides lors de la campagne écoulée.

Mahamadou Diallo/Le Déclic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR