Exhibition financière : Dans quel pays sommes-nous ?

Le Mali est classé parmi les pays les plus pauvres du monde. Et pourtant, si on regarde de près ce qui s’y passe lors de certaines cérémonies et de certains événements sociaux, on le comparerait au Sultanat de Brunei en termes d’opulence.

Il suffit d’assister aux séquences de SUMU à la télévision pour voir nos femmes, nos sœurs s’adonner à un spectacle aussi inouï que déconcertant, celui de couvrir les cantatrices invitées de billets de 10 000FCFA craquants. On se pose la question de savoir si les personnes qui s’abonnent à ce genre d’exhibition, gagnent leur blé à la sueur de leur front.

Il n’est pas rare de voir le même phénomène révoltant se passer sur le théâtre des baptêmes et des mariages.

Des sommes colossales d’argent sont dilapidées par ces écervelés au profit des griots éloquents qui auront exalté en public les hauts faits de leur descendance.

Les personnes atteintes de cette folie financière, auraient-elles oublié qu’elles ont des parents proches, des amis et des voisins qui broient le noir à longueur de journée ? Ceux-ci peuvent croupir sous le poids de la maladie ou se trouver dans l’incapacité d’honorer les frais de location de la maison qu’ils habitent ou végéter dans les affres de la famine et la misère sans aucun soutien.

L’argent qu’on jette ainsi par la fenêtre ne peut-il pas servir à leur accorder le minimum d’assistance ?

Nombreuses sont les personnes sensées qui pensent que l’Etat doit prendre des mesures draconiennes pour interdire purement et simplement ce genre de distribution anarchique d’argent en public.

Dans un pays où la corruption a atteint des proportions inquiétantes, les institutions compétentes en matière de lutte contre ce fléau doivent condamner avec la dernière rigueur cette ignoble pratique.

Le vérificateur Général et ses services ont le devoir de travailler de concert avec la justice pour diligenter des enquêtes sur l’origine réelle de ces fonds opaques, douteux et dégueulasses. Comment comprendre que l’argent qu’on a laborieusement gagné, centime après centime, jour après jour puisse être dilapidé de la sorte.

Les mauvaises langues soutiennent mordicus que l’origine de ces maudits sous serait le trafic de drogue, les marchés publics douteux, les détournements de deniers publics, la surfacturation, la corruption.

Les autorités compétentes avec en tête le pôle économique et la cellule chargée de lutter contre l’enrichissement illicite, doivent impérativement déposer plainte contre ces parvenus qui ont choisi comme sport favori le gaspillage inutile de l’argent.

Dans un pays plongé dans une crise sans précédent où les gens peinent à trouver à boire et à manger, de tels comportements doivent cesser.

Les bailleurs de fonds qui rechignent à nous voir décoller économiquement et qui sont témoins de ces scènes de folie financière pourraient-ils nous aider? Que penseront-ils des maliens qui disent lutter contre la pauvreté?

Par ailleurs, les animateurs de ces tristement célèbres concerts financiers ne savent pas que leurs actes sont de nature à orienter les malfrats sur eux. Alors ça suffit.

Source: La Révélation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR