ODRS : Le PDG s’offre une voiture à 70 millions de FCFA et une toilette à 1,5 millions

C’est un scandale que le Président-directeur général de l’Office de développement rural de Sélingué (Odrs) effectue des dépenses faramineuses. Avec un goût très prononcé pour les privilèges, Hamidou Coulibaly ne lésine pas sur les moyens pour se faire plaisir.

 L’Odrs est dans un état comateux. Mais le PDG Hamidou Coulibaly se la coule douce. Du moins si l’on en croit la situation des dépenses en investissement, exécutées sur le BSI de l’Office de développement rural de Sélingué. Le constat est sans appel. Selon le rapport du Conseil d’administration, le PDG, pour ses privilèges, a acheté un véhicule de type V8 Turbo diesel 4X4 station Wagon. Cette voiture qui semble sortir du cadre de l’ordinaire a été facturée à 70 millions F CFA. Pire, la direction de l’Odrs a procédé au pavage de la cour de l’antenne de Bamako, sise à Faladiè, pour un montant de plus de 9 millions 983 mille F CFA. Des pièces de rechange pour les pompes et les stations de pompage du périmètre irrigué de Maninkoura ont été évaluées à 15 millions de F CFA. Friand de privilèges, Hamidou Coulibaly n’a pas hésité de rénover la toilette intérieure pour le chef d’antenne de l’Odrs de Bamako, dont les travaux ont coûté 1 399 893 F CFA. Comme si le PG était animé d’une volonté manifeste de faire saigner les caisses de cette entreprise qui bat de l’aile déjà, le rapport du conseil d’administration rapporte que des travaux de rénovation des bâtiments administratifs de l’Odrs Sélingué, Faraba, Maninkoura et Yanfolila ont été facturés à un montant estimé à 24 414 200 F CFA.

Ce n’est pas tout. La réalisation des travaux de clôture du domaine de la zone de Yanfolila est estimée à 19 996 195 francs CFA ; des travaux d’entretien d’urgence des digues de ceinture et de protection du périmètre irrigué de Sélingué au titre de la campagne d’hivernage 2018 évalués à 23 199 125 F CFA.

D’autres dépenses à la limite ridicules ont été effectuées pour un montant total cumulé à 198 399 467 F CFA. Si en 2018 Hamidou Coulibaly et son équipe pensent avoir réalisé un investissement énorme, cela n’est pas tout à fait faux au regard de la manne financière injectée. Le non-respect des procédures de passation des marchés et la surfacturation qui va avec crève les yeux.

Le sanctuaire du gré à gré

A l’Odrs, on semble ignorer le Code de procédure de passation des marchés publics, notamment pour les Appels d’Offres. Comme dans sa propre entreprise, Hamidou Coulibaly, qui se targue d’être un cadre valeureux de l’Etat, fait fi de toutes règlementations en République du Mali. Sinon, il aurait dû comprendre que c’est scandaleux que des locaux sont bâtis sur un terrain à usage d’habitation de 300 mètres carrés. D’après les techniciens de génie civil, les travaux de pavage de 300 mètres carrés sont évalués à 2 250 000 F. Pourtant, la direction a mobilisé 9 983 715 pour réaliser les mêmes travaux. Les pièces de rechange pour les pompes et les stations de pompage du périmètre irrigué de Maninkoura ont besoin d’une expertise pour évaluer le montant réel. Le montant décaissé pour les travaux de rénovation des bâtiments administratifs n’ont toujours pas été exécutés. Alors que 24 414 200 francs ont été prévus pour cette cause. Les travaux de clôture du domaine de Yanfolila n’ont débuté que cette année. Mais, 19 996 195 F CFA ont été soutirés dans le budget de 2018.

Trois projecteurs vidéo sont facturés à 1 497 420 francs. Pourtant, sur le marché malien, l’unité est cédée au maximum à 100 000 F CFA, soit 300 000 F CFA au total. La différence est de 1 197 420 F CFA. Sept climatiseurs sont acquis à 4 979 200. Alors qu’à Bamako, on pourrait s’en acquérir sans difficultés, le tout à 1 620 000 F CFA, soit une possible irrégularité de plus de trois millions. L’investissement pour les trois imprimeries en couleur multifonction laser jet avec accessoires et de cartouches d’encre en couleur achetées à 3 999 964 F CFA sont bien accessibles sur le marché à 375 000 F CFA l’unité.

La campagne sérieusement menacée

A l’Odrs, les perspectives ne sont pas du tout bonnes pour la campagne agricole en cours. Et pour cause. Les stations de pompage et les digues sont inondées faute d’entretien, laissant planer de sérieux doutes sur la suite de la campagne. Dans les secteurs 20, 21, 22, 23 et 24, la campagne agricole est sérieusement menacée. Si certains paysans ne peuvent se contenter qu’avec la semence, d’autres n’auront aucune récolte à faire cette année, selon plusieurs sources locales. Même le ministre de l’Agriculture a fait le constat lors de sa visite dans le périmètre irrigué. La vieille station de pompage qui assure la régulation de l’eau dans ces secteurs est quasiment en arrêt de travaux. Cette station qui compte trois pompes, seulement une est en place et ne peut fonctionner. La place des deux autres sont complètement vide. La nature ayant horreur du vide, l’eau a complètement dévasté les champs. Les dégâts sont énormes, obligeant les agents techniques à fermer l’eau au niveau du barrage. Cette situation a causé une sécheresse dans d’autres secteurs. Pourtant, les frais d’entretien des pompes sont estimés à 24 millions. Malheureusement, le PDG  a fait le choix du luxe au détriment de l’intérêt des paysans qui sont pourtant sa raison d’être à ce poste.

La famine garantie !

Si le gouvernement s’est engagé à renoncer à une partie de ses intérêts lors de la campagne écoulée pour raison d’inondation dans 120 hectares, cette année le risque est gros. La particularité est que la fermeture de la campagne est prévue pour le 15 novembre. L’eau ayant été le principal problème, les paysans n’auront pas de contre saison. L’Etat sera obligé de redoubler d’efforts en assistant ces communautés. Une situation qui explique l’échec total du projet barrage de Sélingué. Pendant ce temps, le PDG roule dans une V8 climatisée et dort sous l’air conditionné aux frais de l’Office. Tant pis pour les pauvres paysans.

Aux dernières nouvelles, le Pôle économique s’est saisi du dossier.

A suivre.

Jean JACQUES

Source: Azalaï Express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR