Le Ministre, Mamadou Mohamed Coulibaly à la journée de réflexion sur la refondation de l’Etat : ‘’Nous devons oser un examen de conscience et faire une analyse objective de la situation dégradée’’

 

Dans le but d’engager le débat sur la refondation du Mali, CARITAS a organisé une journée de réflexion. C’était le mardi 22 décembre 2020 sous la présidence du ministre de la refondation, Mamadou Mohamed Coulibaly. Une occasion pour lui d’attirer l’attention du peuple malien sur certains aspects et de les appeler à une prise de conscience pour que le Mali se retrouve.

Selon le ministre, aujourd’hui plus que jamais, les Maliennes et les Maliens de tout bord et de toute condition clament le changement, le renouveau, un Mali nouveau, déterminés à tout mettre en œuvre pour aboutir. Avec la Transition politique en cours dans notre pays, arrivant bientôt au seuil de ses 100 premiers jours, la Refondation de l’Etat est assurément le sujet qui focalise toutes les attentions. Quoi de plus normal que des citoyens actifs, soucieux du bon déroulement de cette période transitoire porteuse d’espoir, s’interrogent et cherchent à mieux appréhender le sens de notre engagement collectif pour avoir une lecture commune et une vision partagée du processus de changement.

Il s’agit surtout de comprendre le sens de l’action afin de sensibiliser le public, nos concitoyens sur les véritables enjeux, les défis de taille et les perspectives réelles de notre œuvre de reconstruction de l’Etat et de la Nation. C’est dire combien s’avère opportune, l’organisation de cette journée de réflexion et d’échanges sur la refondation de l’Etat du Mali, qui nous réunit.

A l’en croire, ils sont à l’écoute. La tâche est immense et les attentes nombreuses dans un pays où la chronicité des déficits qui perdurent dans tous les secteurs décuple en ce moment d’espérance, le flot torrentiel de la demande sociale. La difficulté constatée, c’est que l’on s’attend à des résultats immédiats là où, raisonnablement, il faut d’abord un travail de chirurgie préalable qui nécessite en soi, un temps de préparation. On ne saurait disposer encore moins redistribuer une richesse qui n’a pas été créée auparavant, au risque de s’embourber davantage dans les déséquilibres décriés, que l’on s’évertue de la sorte à entretenir. Nous devons, nous Maliens, oser un examen de conscience et faire une analyse objective de la situation actuelle dégradée, dont nous héritons aux fins d’aviser à la faveur d’un climat apaisé, de dialogue franc, dans l’esprit de préserver l’intérêt supérieur de la Nation. Le monde entier nous observe

D. Togola/maliafrique

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR