Scandale dans le projet ferroviaire Kidal-Bamako : Le syndicat des cheminots aux trousses de la société Cira

Le scandale financier, qui a éclaboussé le secteur des BTP,  impliquant le très controversé opérateur économique, Seydou Mamadou Coulibaly, patron de Cira groupe, a été révélé par la presse. Si le mis en cause continue à nier toute implication dans ce dossier sulfureux, le syndicat des cheminots, très actif dans le milieu pour soulager la souffrance des travailleurs, abandonnés à eux-mêmes depuis de longues années, faute d’outils de travail,  veut désormais s’intéresser à l’affaire.  Histoire de démêler ses dessous financiers scabreux.

Décidément, les temps sont durs pour cet opérateur économique Seydou Mamadou Coulibaly, potentiel candidat à la prochaine élection présidentielle, et qui est beaucoup cité dans de nombreux scandales financiers concernant le secteur très convoité des BTP, où il avait réussi, il n’y a pas encore longtemps, à étendre une véritable toile d’araignées en vue de se passer comme le seul champion du secteur.

Le dernier de ces scandales à répétition, et non le moindre, est bien évidemment l’étude de faisabilité du projet ferroviaire Bamako-Kidal, sur laquelle le promoteur de la société Cira nie toute implication, et au compte de laquelle il est pourtant régulièrement cité comme l’agent d’exécution, dont les contours financiers restent toujours les plus flous.

Au cœur de ce scandale, les sources rapportent que l’étude de faisabilité du projet ferroviaire Bamako-Kidal a porté sur plusieurs centaines de millions de francs CFA (nos investigations continuent toujours dans le milieu des travailleurs). S’agissant des chiffres annoncés, c’est la société elle-même, dans une de ses tentatives désespérées de démentir l’information révélée par la presse, qui s’est emportée en annonçant le montant faramineux de cinq milliards de nos francs, en niant au passage toute implication dans l’affaire.

La tentative d’étouffement du dossier, si tel est le dessein de la société incriminée, à travers cette nouvelle sortie sous forme de démenti, selon certains agents, est tout raté. Car, soutiennent-ils sans ambages, le très dynamique syndicat des cheminots sera désormais dans la danse.A l’intérieur, rapporte-t-on de sources proches du dossier, un travail de sape de fond est en cours au sein de cette corporation syndicale pour établir l’état des lieux, avant d’examiner par la suite une ligne de conduite à suivre.

Ici, on ne se trompe pas de détails. Et pour cause ? Une étude de faisabilité sur un tronçon ferroviaire Bamako-Kidal, compte tenu de la souffrance actuelle des cheminots qui sont en cessation d’activité depuis de longues années, faute d’outils de travail, représentant forcément une somme colossale, aurait pu soulager, dans le contexte actuel, la misère noire de certains travailleurs qui ne perçoivent pas de salaire depuis belle lurette.

Mais, déplore-t-on, dans le milieu des travailleurs, au lieu d’allouer cette somme engloutie dans des études improbables en raison de non pertinence économique et commerciale de cette ligne ferroviaire, l’on songe à la dépenser dans des opérations aléatoires, n’ayant apparemment aucune consistance économique pour la viabilité du réseau.

Déjà, tel qu’il nous est parvenu de constater, le syndicat des cheminots est dans l’optique de saisir les autorités nationales concernées pour exiger d’elles  de mettre plus rapidement la lumière sur ce dossier scabreux, dont la justesse technique et financière est sujette à caution, en lien avec la misère des travailleurs des rails qui courent derrière les pouvoirs publics pour plusieurs mois de salaires impayés.

Ainsi que l’on peut s’en apercevoir, beaucoup de gens dans ce milieu voient directement dans cette affaire la responsabilité engagée de Mme le ministre de tutelle, en vue d’ordonner plus rapidement et plus efficacement des missions d’enquête nécessaires pour élucider. Et cela, au grand soulagement des travailleurs meurtris des rails, le fond trouble de ce dossier financier scandaleux qui continue de faire des vagues dans le secteur tourmenté des rails.

Wait and see !

Oumar KONATE/La Preuve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR