Insécurité dans la zone Office du Niger: Plus 1700 déplacés s’installent dans les établissements scolaires à Niono

Sur le plan sécuritaire, rien ne va plus dans la zone office de Niono, région de Ségou. Suite à la terreur des djihadistes, les habitants de beaucoup de village ont pris d’autres chemins. Les familles se cherchent en emportant ce qu’elles peuvent et abandonnent le reste. Plus de 1700 personnes ont trouvé refuge dans les établissements scolaires de Niono. Outre ceux-ci, les familles sont occupées par des déplacés. Niono a besoin de l’aide de l’ensemble des maliens. Tels étaient, entre autres, les propos d’une délégation de jeunes venus de Niono au siège de l’Union Nationale des Jeunes Musulmans du Mali (UJMMA). Ils étaient pour la circonstance, porteurs de ce cri de détresse pour sauver la zone de Niono.

Et comme coïncidence, cette délégation s’est retrouvée à l’UJMMA au moment où cette faîtière de jeunes musulmans était en point de presse pour lancer un appel présent aux plus hautes autorités du pays pour sauver le Mali. Après, prospection faite dans beaucoup de localités du centre le Mali n’existe presque plus, selon les jeuynes musulmans.

Conséquence : ils ont dans une déclaration, en date du 18septembre  demande aux plus hautes autorités de trouver un cadre rapide pour une discussion franche avec les politiques afin de mettre tous dans le même bateau pour faire face au recouvrement du territoire malien surtout le centre. Pour le président de l’UJMMA, El Hadj Maky Ba, le temps n’est plus au tiraillement. Bamako fait comme si tout allait bien à travers des fêtes, des danses et autres activités festives. Par contre, nos parents souffrent au centre et certains n’ont plus rien. A l’en croire, la prolongation de la transition où pas n’est pas une affaire de l’UJMMA car, elle ne connaît pas politique. Mais, la situation actuelle du Mali ne doit pas nous donner le droit de se tirailler. Pour ce tiraillement, il faut que le Mali existe. L’existence actuelle du Mali est gravement menacée, a-t-il expliqué. Pire, ajoute-t-il, « dans la zone office de Niono, la moitié des champs n’a pas été cultivée. » Ce qui veut dire que le Mali doit s’attendre au pire des choses car, une très bonne quantité du riz du Mali provient de cette zone dit-il. Dans une déclaration faite par l’UJMMA, elle tire la sellette d’alarme pour sauver le Mali. Pour se faire, l’UJMMA appelle les maliens à se donner la main.

Drissa Togola/maliafrique.ml

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR