Mali : un marathon électoral en perspectives !

L’agenda électoral 2023 sera, au Mali, fort chargé : un référendum en mars 2023 pour l’adoption d’une nouvelle constitution, suivi d’élections territoriales en juin 2023, et le scrutin législatif en octobre et novembre de la même année. Enfin, l’élection présidentielle prévue pour 2024 en vue du retour à l’ordre constitutionnel. Mais, dans tout ça, s’il y a une date qui pourrait rendre la classe politique malienne perplexe, c’est bien celle de la présidentielle.

Ainsi, le chronogramme électoral fixé par le gouvernement de transition dans lequel l’élection présidentielle se tiendra en dernier lieu ne mériterait-il pas d’être révisé ? La tenue de ladite élection en seconde lieu joue un grand rôle dans la refondation du Mali Kura. Cette possibilité peut tout aussi bien s’expliquer en termes de redressement de situation politique et sociale qui pourrait venir d’une amélioration de la situation malienne tout court. Malgré les discussions qui tournent actuellement autour de quelques décisions des autorités notamment la mise en place de l’autorité indépendante de gestion des élections (AIGE). Pour renforcer le climat de confiance entre non seulement les autorités et la classe politique, mais aussi le peuple, Assimi doit donner un nouveau souffle à l’exécutif en sa qualité de Chef d’Etat.

C’est vrai qu’Assimi s’est engagé à être « le président de tous les Maliens » afin de « parachever la reconstruction du Mali en un État de droit ». Mais son gouvernement de transition ne parvient pas en fait à mettre le cap sur le réel changement d’où l’incapacité de mettre fin non seulement à l’augmentation fulgurante du prix des denrées de première nécessité dans le pays, mais aussi à l’incompréhension grandissante entre la classe politique et les autorités de la transition. Ce qu’il faut ajouter, c’est bel et bien de rappeler le président de la transition que bien que l’année 2023 s’annonce chargée des élections locales, législatives et le scrutin référendaire, mais, il serait mieux de revoir le chronogramme électoral fixé et publié au mois de juin dernier. C’est-à-dire, reporter les élections communales et législatives pour d’abord tenir l’élection présidentielle qui est prévue pour 2024 selon le chronogramme.

Adama Amadou Diarra/L’Oeil du Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR