Le Mouvement Tabalé sur la déclaration d’un membre du CNT : « La reprise des hostilités contribuera à fragiliser la transition »

 

Le Mouvement Tabalé a fait une déclaration suite aux propos du Dr Amadou Albert Maiga, membre du Conseil National de la Transition (CNT), sur la crise du nord du Mali.

Le Mouvement Tabalé, via les réseaux sociaux, a appris avec stupéfaction et beaucoup d’amertume, les inquiétants propos du Dr Amadou Albert Maiga, premier vice-secrétaire parlementaire du Conseil National de la Transition (CNT).

Ces propos assimilables à un appel à la belligérance entre fils d’un même pays, témoignent d’un mépris et d’une méconnaissance jamais révélés de la fonction de parlementaire au Mali. Ils témoignent surtout du mépris pour la vie des maliens, qui sont par ailleurs prêts à verser leur sang pour la défense et la sécurité du Mali, comme chanté dans notre hymne national.

Ces propos, en outre, occultent les efforts inlassables en cours pour un rapprochement des points de vue sur l’épineuse question de l’Accord d’Alger, dont toutes les parties signataires tiennent à la mise en œuvre dans un cadre de dialogue et de compromis respectueux de l’intégrité du territoire malien et du respect des spécificités du terroir. Pire, ces déclarations créent une grave confusion entre la montée en puissance des FAMAS, pour la défense et la sécurité du Mali et la volonté des autorités de la transition de voir un Mali de paix, par la fin de la crise dite du nord, à travers des échanges entre maliens. Le Dr Maiga s’est-il souvenu que pour moins que ça et dans le plus grand mensonge, la Libye de Kadhafi a été bombardée par l’OTAN, raison principale de la déstabilisation du Sahel ?

Le Mouvement Tabalé, en sa qualité d’observatoire de la bonne gouvernance et de plateforme de veille citoyenne panafricaine, attire l’attention du Dr Maiga sur le fait qu’il est censé parler au nom du peuple malien, nonobstant qu’il soit, faut-il lui rappeler, au CNT par voie de nomination. Qu’il ne jette donc pas, de grâce, l’opprobre sur l’autorité qui l’a nommé et qui sait où aller et comment.

Le Mouvement Tabalé tient enfin à lui remémorer les réalités suivantes :

1- Malgré les difficultés auxquelles est confrontée l’application de l’Accord d’Alger, révélées d’ailleurs par les débats à son sujet au sein de l’opinion nationale, cet accord n’est toujours pas rompu entre ses différents signataires, tous soucieux de la paix au Mali.

2- De la signature de l’Accord d’Alger, de juin 2015 à nos jours, aucun mouvement armé signataire dudit accord n’est rentré en belligérance avec l’armée malienne et vice-versa, en vertu justement du même accord.

3- La reprise des hostilités entre les FAMAS et les mouvements armés de la CMA, comme il l’appelle de tous ses vœux, ne contribuera qu’à détériorer davantage, non seulement la situation sécuritaire dans tout le nord du Mali, mais à fragiliser la transition en cours dont le Mouvement Tabalé est un soutien fervent, fût-il vigilant et critique.

4- Le grand peuple malien est loin d’avoir épuisé ses ressources humaines et culturelles intarissables pour trouver une solution au problème dit « du nord du Mali » par la voie pacifique.

5- De nobles et fraternelles initiatives manifestes et latentes, nationales, sous régionales et internationales déjà engagées, qu’ignore peut-être le parlementaire Maiga, sont en passe d’éviter à notre pays des affrontements fratricides dont les populations civiles payeront encore une fois, le plus lourd tribut.

Par conséquent, le Mouvement Tabalé, étant une composante du peuple malien et africain, si modeste soit-elle, se désolidarise intégralement des propos du Dr Amadou Albert Maiga, premier vice-secrétaire parlementaire du Conseil National de la Transition (CNT).

Le Mouvement Tabalé demande au Gouvernement et au CNT d’en faire autant pour rassurer toutes les parties prenantes à l’Accord d’Alger, que les propos du Dr Maiga n’engagent que sa personne et ne reflètent pas le point de vue des deux institutions. Le faire sera un signal fort pour l’apaisement. Ne pas le faire, laissera la porte ouverte à toutes les formes d’interprétations et risquera de fragiliser la position de l’Etat dans le processus du dialogue pour la paix et la réconciliation.

Bamako, le 13 février 2023

Le Coordinateur Général du Mouvement Tabalé

Seydou Traoré, Ancien Ministre

Chevalier de l’Ordre National du Mali/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR