Vandalisme à la Maison de la presse: L’intolérable !!!

Le vandalisme de la Maison de la presse est un acte intolérable et inacceptable et appelle à barrer la route aux promoteurs de la violence qui veulent nous imposer une camisole de terreur.

Des chaises cassées, des vitres brisées, des coups de poing, la Maison de la Presse fut transformée, le lundi 20 février 2023, en un ring de boxe à l’occasion d’un point de presse organisé par un collectif de partis politiques et d’organisations de la société civile. Les vandales ont saccagé une partie de ce temple de l’expression plurielle. Des images qui ternissent l’image du Mali et qui constituent une très mauvaise publicité pour les autorités de la Transition.
Symbole de la démocratie et de la liberté d’expression, la Maison de la Presse est à la portée de l’ensemble du peuple, pour ou contre un pouvoir. S’attaquer à la Maison de la presse est une source de menace de la liberté d’expression. Cette barbarie a été condamnée avec la dernière rigueur par des partis politiques et faitières de la presse comme L’APPEL-Mali, le Groupement patronal de la presse écrite, l’Union nationale des journalistes du Mali (UNAJOM), le PARENA, le Comité de pilotage de la Maison de la Presse.
Ce qui s’est passé en marge de ce point de presse de la Plateforme de l’Appel du 20 février 2023 pour Sauver le Mali est à la fois inquiétant et dramatique. Ces actes doivent appeler les démocrates et toutes les personnes éprises de paix et de justice à se lever pour barrer la route à l’instauration de la tyrannie par les nostalgiques de la pensée unique, lesquels travaillent à semer un climat de terreur au sein de l’espace politique et public. Il ne faut plus s’asseoir. Car, demain, ce sera trop tard.

Drissa Togola/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR