Visite annulée du Pm à Ansongo et Bourem: Un énième imbroglio !

La menace sécuritaire est encore importante sur des portions du territoire national. Même si aucun communiqué officiel n’a pas encore mis en évidence les motivations réelles de l’annulation sa visite à Ansongo et Bourem, le Premier ministre a voulu prendre la parole, pour répondre à ce qui se dit sur les réseaux sociaux. Un énième imbroglio met encore en doute l’optimisme des officiels sur la situation sécuritaire sur le terrain.

 

La visite du Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maiga dans la région de Gao s’est écourtée à la dernière minute avec l’annulation des étapes d’Ansongo et de Bourem. Pourquoi ? Aucune explication officielle jusque-là. Mais le Premier ministre lui-même, a eu le courage de prendre la parole pour apporter un démenti à propos de ce qui se dit sur les réseaux sociaux. Dr Choguel Kokalla Maïga affirme « rester derrière la décision du gouverneur qui l’a accueilli, puis que c’est lui le maître des lieux. Et en citoyen modèle, il se doit de respecter la décision du gouverneur».
Dommage que le format aurait pu être mieux, pour un chef du gouvernement, institution de la république, après un tel retournement, dont certains ont vue, une « dérive » dans l’organisation, et un coup dur. Car cette annulation, donne la situation imagée du pays : fossé existentiel entre l’Administration et les administrés. Le chef de l’Administration, n’a pu conduire une visite stratégique, hautement symbolique et importante, qui lui aurait permis d’apporter des solutions efficaces aux questionnements et souffrances des maliens qui se trouvent dans ces zones.  
Toutefois, le format adopté par le chef du gouvernement est tout simple, alors que la situation d’en face ne l’était pas. Qu’on le veuille ou pas, l’annulation de cette visite est déplorable. Le format adopté pour réagir sur les commentaires des réseaux sociaux l’est encore plus. Car, ce format doinne, plus de légitimité et de considération à ce qui se dit sur les réseaux sociaux. Car le Pm a été obligé de répondre à ce qui a été raconté sur la toile concernant les raisons de l’annulation de sa visite. Dommage qu’on en soit là. Car plus de doute encore à se faire, les réseaux sociaux font et défont l’information, orientent l’information, massacrent même souvent l’information. On aurait pu faire  abstraction de ce qui se raconte sur les réseaux si le PM lui même ne s’intéressait pas à ce canal. En effet, plusieurs échos ont tenté expliquer les raisons de l’annulation de sa visite, dont la plus récurrente est les causes sécuritaires. La plus plausible de toutes les pistes, et malheureusement, la thèse qui interroge les efforts sécuritaires déployés  dans tout le pays.
Malheureusement qu’on n’a pu retenir autre de cette visite du premier ministre, que le côté un peu (sombre) à travers la domination du mot « annulation ». Alors que, des jalons meilleurs auraient pu être posés ou du moins, ont été posés à Gao notamment. On peut noter notamment, le rapprochement du gouvernement avec une partie importante de la population malienne, celle de Gao. Ce qui n’est pas un symbole gratuit, en ces temps où l’Administration cherche à être le plus proche des administrés.
Autres, au total 558 tonnes de vivres ont été offertes au cours de cette visite aux déplacés internes de Gao. Ansongo, où le Pm n’a pas pu se rendre, a eu des largesses du gouvernement à travers le premier ministre, avec de 22 tonnes offertes aux déplacés internes, alors que Bourem a accueilli avec joie, 20 tonnes de vivres. Ces gestes ne sont pas rien. Il reste à espérer que les promesses faites par le Pm soient respectées.

Ousmane Tangara/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR