découpages administratif:SOMASSO de Markatie DAO, désormais chef-lieu d’arrondissement

La Commune rurale de Somasso, située dans l’ex-arrondissement de Bla de l’indépendance jusqu’en 1978, était rattachée au cercle de Koutiala. L’actuel cercle de Bla est le fruit d’un découpage territorial de 1978 qui avait privé Yangasso du cercle de San et Koutiala de l’ex-arrondissement de Bla. Somasso, chef-lieu de la commune est à 100 Km de Ségou et San, 60 Km de Koutiala. Depuis le lundi passé, Somasso a été érigé en chef-lieu d’arrondissement du cercle de Bla. Pour ce faire, la différence hebdo a adressé trois questions à Markatiè Daou, un fils rattaché à ce terroir.

La Différence hebdo : Pour ceux qui ne connaissent pas Somasso vous pouvez nous le faire découvrir ?
Markatiè Daou : Fondé il y a plusieurs siècles par un adepte de la brousse et des eaux, Somasso ou la case de Soma, le fondateur, est aujourd’hui réputé pour ses valeurs socio-culturelles perpétuées par des générations de conservateurs en dépit de l’influence pénétrantes des religions nouvelles.
En langue vernaculaire Minianka : le village de ce village correspond à la saveur du seul « Somon ». Une belle métaphore pour traduire l’harmonie sociale entre les ethnies (Minianka ethnie majoritaire, Peuhl, Somono, Sarakolé) qui composent ce village peuplée aujourd’hui de plus d’environ 7 060 âmes.
Le village de Somasso est le chef-lieu de la Commune du même nom.
Les cinq (05) villages de la Commune sont : Somasso.
Chaque village est dirigé par un conseil présidé par le chef de village. A Somasso, la chefferie est entre les mains du patronyme des DAO. Il a est également le gardien des pouvoirs traditionnels :

La commune rurale de Somasso fait partie du Cercle de Bla dans la région de Ségou. Elle est limitée :
-au Nord par la commune rurale de Dougouolo ;
-au sud par celle de Zanina et de M’Pessoba ;
-à l’est par celle de Samabogo
-et à l’ouest par la commune rurale de Bla et de Bèguénè.
La population de la commune de Somasso est estimée à plus de 17135 habitants : Somasso : 7060, Kadiala I. :2774, Kadiala II: 676, M’pètiona 1.:2001, M’pètiona -2 : 4624 , un total de 17135 habitants. Les principales ethnies sont : Minianka, Bambara, Peulh et Sarakolé. L’islam et le christianisme sont les religions la plus pratiquées. Cette population connaît le problème de l’exode rural.

Somasso est désormais un chef-lieu d’arrondissement qu’est-ce que cela va changer ?

Qu’est ce qui va changer ? Je préfère dire qu’est ce qui ne va pas changer ? C’est la question que je me pose. Vous le savez, Somasso est un village, un chef –lieu de commune qui a amorcé une dynamique de changement depuis des années. Cette volonté de changement s’est traduit par l’acquisition en 2018 d’un centre de santé communautaire d’une valeur d’environ 180 millions de francs CFA, la construction de plusieurs écoles, la réalisation d’un système d’adduction sommaire d’eau potable d’une couverture de 18 km à la ronde, l’acquisition des réseaux téléphones téléphoniques et d’éclairage public, la réalisation de pistes rurales régulièrement entretenues par les communautés, plusieurs hectares d’espaces reboisés, l’acquisition d’une station de radio privée, de centre d’alphabétisation, d’une cité des hôtes en cours de réalisation, d’une station d’essence, etc, sans oublier le renforcement du tissu social par l’organisation d’un des plus grands festivals culturels et artistiques des régions de Ségou, San et Koutiala.
En devenant, un chef-lieu d’arrondissement, Somasso devra renforcer cette dynamique de changement positif avec comme objectif : influencer le développement local dans le cercle de Bla par une démarche d’intercommunalité. Somasso, chef-lieu d’arrondissement, n’évoluera jamais en vase clos. Nous allons travailler pour faire de cette localité l’un des fleurons des collectivités décentralisées. Nous en avons les atouts, nous en avons aussi et surtout la volonté et les bonnes stratégies. L’une des forces de changement de notre nouvel arrondissement demeure la synergie d’actions entre les associations des ressortissants et les communautés locales. L’expérience somassoise dans la valorisation de la culture comme moteur du développement demeure un exemple contagieux. En d’autres termes, le Bélénitugu de Somasso a pu ressusciter plusieurs autres fêtes traditionnelles jadis en dormance dans la localité. De ces évènements culturels l’école locale se développe.

Votre engagement pour votre localité peut inspirer la jeune génération, qu’est ce qui peut expliquer toutes cette énergie?

Aujourd’hui, parler de Markatié Daou sans parler de Somasso est une anomalie et l’inverse aussi.
Mais, je ne saurai vous dire ce qui explique mon engagement en faveur du terroir dont je suis un pur produit. Ce dont je suis sûr et conscient, c’est que mon village manquait de tout il y naguère. Face à cette situation, je ne pouvais nullement resté indifférent. Ma trouvaille et celle d’autres ressortissants de mon village fut d’unir nos forces et d’agir en synergie pour changer ce paradigme. La méthodologie employée fut d’employer nos propres ressources. La culture est pour nous un levier sur lequel nous avons agi pour faire connaitre notre localité. Au départ, beaucoup voyaient en cela un gâchis et d’autres s’offusquaient de ce qu’ils qualifiaient de tapage inutile et ostentatoire. Mais au finish le résultat est là : Somasso est devenu une destination touristique accueillant chaque année de nouveaux visiteurs y compris des membres du gouvernement.

Source: La Différence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR