Commune de Dio : la détermination du maire Daouda Kané pour une municipalité émergente

 

La vue luxuriante de la municipalité de Dio, dans le cercle de Kati, témoigne de l’assiduité et la bonne foi du maire Daouda Kané en faveur de sa population. En plus, le maire entend voir plus sa commune parmi les plus prospères au Mali. Ainsi, de nouvelles actions pour le développement de la commune sont en cours de réalisation, notamment la construction de la maternité du village de Sotoly et la collaboration bilatérale entre la commune de Dio et le Japon.

Retenons bien qu’après plusieurs réalisations pour l’épanouissement de la commune dans les années précédentes, ces nouvelles actions s’articulent aussi autour de plusieurs axes de progression, notamment la construction du centre de santé du village Sotoly dont la pose de la première pierre a eu lieu le 19 février dernier. Cette infrastructure est financée par la population et les ressortissants du village de Sotoly. En ce qui concerne le partenariat entre le Japon et la Commune de Dio, une formation s’est tenue au cours de la semaine dernière, sur les techniques du développement de la commune. À ajouter que ce partenariat bilatéral entre le Japon et la commune de Dio est le fruit de la visite du maire Daouda Kané, effectuée à Japon en décembre dernier.

En plus, il faut signaler que l’enregistrement des données biométriques pour la nouvelle carte d’identité biométrique est en cours au niveau de la mairie de Dio. À cet effet, le maire a invite les plus hautes autorités du pays à pouvoir décentraliser cet enregistrement des données biométriques dans la commune. Car, la commune de Dio est constituée de sept gros villages éloignés les uns des autres. D’où le difficile accès pour bon nombre d’habitants pour procéder à l’enregistrement de leurs données. Aussi, le 24 février dernier, il y a eu la remise des insignes aux six (6) chefs des villages de la commune de Dio à savoir, le village de Dio-Ba, Magnambougou, Soto, Foufémou, Komi-Komi et Kalansa. À cet effet, il est bon et important d’appeler ces chefs des villages à jouer leur rôle fédérateur dans la commune. Car, être chef de village constitue une responsabilité qu’on doit assumer à travers les bonnes actions. En un mot, un chef de village ne doit pas jouer un rôle déstabilisateur à travers la politique. Mais doit jouer pleinement son rôle de rassembleur que les habitants attendent de lui.

 

Rappelons qu’à l’issue de la cérémonie de remise des insignes aux chefs des villages, le vendredi 24 février dernier, le maire a salué et remercié les autorités de la transition, notamment le président colonel Assimi Goïta, pour la prise de cette initiative de reconnaissance à l’égard des chefs traditionnels. Avant d’appeler l’ensemble des populations de la commune de Dio à se donner la main autour de l’intérêt de la commune. Enfin, que chacun dans la commune pense au développement durable de sa localité, a-t-il recommandé.

Adama Amadou Diarra/L’Oeil du Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR