Commémoration du 26 mars 1991: L’absence de Dr Mariko déplorée par les anciens de l’AEEM!

A l’occasion de la commémoration des événements de mars 1991, les anciens de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) ont déploré l’absence du pays de leur camarade, Oumar Mariko. C’était au cours d’une conférence-débats le 26 mars 2023 à la Pyramide du Souvenir.

«Après tout ce qui se passe actuellement, il est temps qu’on se retrouve, pour se donner la main, mettre nos différends à côté pour mener le combat commun commencé en 1991 qui a été l’élément déclencheur de la démocratie. Parmi ces combats, le droit à une école équitable pour tous les fils du pays, le droit à la santé, une bonne répartition de la justice etc. Peut-être sans ce combat, le Mali démocratique ne serait pas là aujourd’hui. Il n’est pas exclu que ce qui est arrivé au camarade docteur Mariko arrive un jour à chacun de nous». Ces propos ont été tenus par des anciens de l’AEEM au cours d’une conférence-débats initiée à l’occasion des festivités commémoratives des événements de mars 1991.

Les anciens de l’AEEM déplorent les actes subis par des camarades de lutte qui n’ont pas été soutenus. Ils s’en veulent d’être restés les bras croisés face à ce qui est arrivé au camarade Oumar Mariko. Rien n’est encore tard pour se racheter, disent-ils

Cette conférence-débats a servi de tribune pour se rappeler que le combat à mener demeure la sauvegarde de la démocratie. Ainsi, la commémoration du 26 mars doit être une occasion pour les anciens de l’AEEM de se retrouver selon Docteur Kassoum Barry. Malheureusement, le constat amer est que les camarades tardent à se mobiliser. Or à des moments très durs, l’AEEM s’est battu pour qu’aujourd’hui soit au prix de la vie de plusieurs de ses membres. «Pour rien au monde, nous ne permettrons que ces sacrifices soient mis en cause».

 

Vers la 2è édition du Forum international

Dr Barry s’est réjoui de la présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, cette année. «Pouvons- nous alors croire maintenant à l’inclusivité dont le président Assimi parle souvent dans ses discours?», s’interroge-t-il. L’une des annonces-phares de la réunion a été l’organisation très prochaine de la deuxième édition du Forum international des anciens de l’AEEM, qui est un espace de retrouvailles, de discussion et d’orientation.

Drissa Togola/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR