Drames via les réseaux sociaux : Les gardiens de l’ordre public vivement interpellés !

 

Les réseaux sociaux sont à la fois une plateforme d’expression, de partage et de confrontation des idées. Cependant, la semaine écoulée a marqué un tournant sombre qui nécessite une action urgente des autorités compétentes pour une meilleure utilisation de ces plateformes dans notre pays.

Le décès du jeune Diakité, après des échanges peu ordinaires sur les réseaux sociaux a déclenché toutes sortes de dérives. Une vague de tension s’est subitement propagée via ces canaux de communication en passe d’aggraver un tissu social fragile. Mais malgré ces faits gravissimes sans précédents, un silence assourdissant règne du côté des autorités judiciaires.

Naguère perçus comme un moyen de renforcer les liens sociaux, ces réseaux sont devenus des vecteurs d’insécurité et d’instabilité surtout dans notre pays en proie à des défis plus sérieux. Censés nous rapprocher, ces outils nous divisent davantage. Même au grand dam de nos valeurs religieuses et culturelles, des piliers essentiels de notre société.

Les mauvais utilisateurs de réseaux sociaux ne tolèrent ni l’autorité ni le respect ni même les droits les plus élémentaires de notre société. Cette réalité aux antipodes de nos valeurs ne peut être ignorée plus longtemps. Même les paisibles foyers ne sont plus à l’abri de cette influence néfaste. L’éducation, un pilier fondamental de notre société s’effrite sous l’influence négative de ces réseaux. Les parents, garants au premier chef de ces valeurs, ne sont pas épargnés par ces dérives. De quoi désespérer quant à l’avenir de notre nation. L’image que projettent ces réseaux de la perversion, de la violence, de l’intolérance, ne reflète pas les valeurs fondatrices de la nation malienne.

La récente escalade de tension exacerbée par le décès tragique de Diakité aurait pu être évitée si les autorités avaient promptement réagi dès les premières heures de la diffusion de la vidéo controversée. Il est donc impératif pour nos autorités administratives et judiciaires de prendre des mesures drastiques afin que cesse cette autre crise. Aucun manquement ne doit être toléré si nous souhaitons préserver la stabilité et la cohésion sociale. Les valeurs caractéristiques de notre nation doivent être réaffirmées et protégées avec rigueur.

Les autorités ont la responsabilité de mettre fin à cette autre spirale en prenant des mesures concrètes pour restaurer le respect, l’harmonie et la stabilité au sein de notre société. Le devenir de notre vivre ensemble en dépend et aucun sacrifice ne doit être vain. Tout doit être mis en œuvre pour rétablir l’équilibre et la dignité au cœur de nos valeurs.

Drissa Togola/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR