Entre Nous : Au-delà des condamnations…

Survenue le 7 septembre 2023, l’attaque contre le bateau «Tombouctou» est l’un des crimes les plus graves commis au Mali ces dernières années. Elle a été condamnée par plusieurs organisations de défense des droits de l’homme.

Ainsi la Commission Nationale des Droits de l’Homme – fidèle à ses principes – a condamné avec la dernière rigueur ces attaques barbares et ignobles contre le Bateau «Tombouctou» et la position des Forces Armées Maliennes (Famas) de Bamba.

Les qualifiant d’ «abus graves aux droits humains et au droit international humanitaire», la Cndh a invité les autorités à rechercher, identifier et traduire en justice les auteurs, commanditaires et complices.

De son côté, la Fédération internationale des droits humains-Fidh – a condamné vigoureusement l’attaque perpétrée contre le bateau civil «Tombouctou». Dans un communiqué en date du 11 septembre 2023, l’organisation internationale de défense des droits humains a appelé les «autorités maliennes à faire toute la lumière sur ces violations graves des droits humains constitutives de crime de guerre …Nous saluons l’ouverture d’une enquête par les autorités judiciaires maliennes et appelons à ce qu’elle soit diligente. Pour mettre un terme au cycle de la violence et de l’impunité, il est impératif que les enquêtes ouvertes sur des cas de violations graves des droits humains soient menées à leur terme», a déclaré Me Drissa Traoré, Secrétaire général de la Fidh.

Par la voix de sa Directrice régionale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Samira Daoud, Amnesty International a condamné l’attaque contre le bateau «Tombouctou». « En vertu du droit international humanitaire, les parties à un conflit doivent toujours faire la distinction entre les combattants et les civils. Amnesty International exhorte le Gsim et toutes les parties au conflit malien à stopper les attaques dirigées à l’encontre de civils ainsi que les attaques indiscriminées ou disproportionnées, s’agissant de l’impact sur les populations civiles », a déclaré Mme Samira Daoud.

La Mission des nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma) a condamné cet acte criminel : «Nous exprimons notre profonde tristesse face à l’attaque terroriste contre le bateau « Tombouctou » survenue le 7/09. Nos condoléances aux victimes, à leurs familles & aux autorités. En ces jours de deuil, nous sommes solidaires avec le Mali & condamnons cet acte criminel ».

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, dans un communiqué en date du 8 septembre 2023, a condamné, avec la plus grande fermeté, les attaques terroristes barbares, inhumaines et ignobles, perpétrées à Bamba contre un bateau et une position de l’Armée Malienne. « Le Président de la Commission de l’UA s’associe à la douleur, présente ses plus sincères condoléances au Gouvernement et au peuple Maliens et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Le Président de la Commission de l’UA réaffirme la solidarité et le soutien continus et indéfectibles de l’Union Africaine au peuple Malien dans le cadre de la Transition vers une paix et une stabilité durables et continue d’encourager le vaillant peuple et les autorités du Mali à maintenir la résilience dont ils ont fait preuve face à l’hydre Terroriste et qui leur a permis de poursuivre à la fois la lutte contre l’insécurité et le Programme de la Transition, dans un contexte international particulièrement difficile. Il appelle les pays Africains et les amis de l’Afrique dans le monde à soutenir les pays du Sahel dans leur lutte contre le Terrorisme».

Au-delà des condamnations, les organisations de défense des droits de l’homme doivent contribuer à la manifestation de la vérité. Afin de poursuivre les auteurs de cette barbarie et leurs complices devant les juridictions nationales ou internationales, notamment la Cour pénale internationale.

Par Chiaka Doumbia/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR