Général Mohamed Abdrahamane Ould Méidou, Gouverneur de la région de Taoudéni : «Les armes posent des problèmes mais ne règlent jamais un problème»

 

En appelant au dialogue avec les groupes armés signataires de l’A.p.r et les groupes armés djihadistes, le Gouverneur de la région de Taoudéni, Général Mohamed Abdrahamane Ould Méidou a jeté un pavé dans la mare, le 21 septembre 2023.

Lors de la conférence-débat organisée le 21 septembre 2023 au Mémorial Modibo Kéita, en présence du ministre de la Réconciliation nationale, Colonel-major Ismaël Wagué, le Gouverneur de la région de Taoudéni, Général Mohamed Abdrahamane Ould Méidou, a lancé un appel à faire taire les armes et à privilégier le dialogue. Une prise de position de taille que l’officier général assume sans ambages au moment où la situation sécuritaire connaît un regain de tension.

Le Mali, selon lui, a besoin de la paix. «Les armes posent des problèmes, mais les armes ne règlent jamais un problème», a-t-il affirmé. Et d’ajouter : « ceux qui pensent qu’ils doivent gagner la guerre pour diminuer l’autre se trompent». Général Ould Méidou précise : « ce sont des Maliens qui vont diminuer. Ce sont des Maliens qui vont perdre partout… Ce sont des Maliens qui sont en train de mourir…».

«La meilleure arme, à mon avis, est le dialogue, la discussion », a-t-il lancé sous un tonnerre d’applaudissements de la salle. Il appelle à dialoguer avec les rebelles mais aussi les groupes armés djihadistes. Le Gouverneur de la région Taoudéni assume ses déclarations. Il avance que plusieurs pays ont expérimenté la voie du dialogue. Selon lui, l’Algérie après 20 ans de guerre a opté pour le dialogue.

Combattant de la rébellion des années 90 mais surtout véritable chef de guerre, Mohamed Abdrahamane Ould Méidou s’est taillé une solide réputation sur plusieurs théâtres d’opérations, dont il garde les stigmates. Resté fidèle aux couleurs nationales depuis son intégration, ce républicain qui a eu des responsables actuels du pays sous ses ordres aux premières heures des attaques du Mnla contre les garnisons militaires en 2012, a hautement conscience de ce qu’il dit.

Sera-t-il entendu ? That is the question.

Chiaka Doumbi/Le Challenger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR