Reconquête de Kidal par les FaMa : la revanche ?

La reprise de Kidal par les Forces Armées Maliennes (FaMa) marque un moment décisif pour le pays, suscitant un sentiment de triomphe au sein de la population malienne. Ce succès est interprété comme une revanche attendue depuis longtemps, une réponse à une série d’événements passés qui ont laissé des cicatrices profondes dans la mémoire collective des maliens en général, et des FaMa en particulier.

 

Remontons en 2012, à l’époque de la crise sécuritaire ayant entraîné la perte des régions nord du Mali. À cette époque, la France avait empêché l’armée malienne de reprendre le contrôle de Kidal, suite à une demande d’intervention pour aider le pays à reconquérir ces zones. Depuis lors, cette ville a progressivement échappé au contrôle de l’État, laissant un sentiment d’inachèvement et de frustration parmi les forces armées maliennes. La situation a été encore compliquée par la visite du Premier Ministre Moussa Mara, occasionnant des pertes dans les rangs des FaMa et laissant aussi une marque indélébile dans leur mémoire.

 

Ces événements ont profondément marqué les militaires maliens qui ont depuis lors, maintenu un ressentiment latent, ne pouvant accepter de rester à l’écart face à ces situations. La reconquête de Kidal représente pour eux bien plus qu’une simple opération militaire. C’est une revanche légitime, une opportunité de démontrer que les événements passés dissimulaient des enjeux plus profonds et qu’ils sont capables de d’assurer leur mission régalienne.

 

Cette action militaire n’est donc pas seulement une opération de reconquête territoriale, elle est aussi une affirmation de la capacité et de la détermination des FaMa à faire face aux défis et à rectifier les injustices passées. Elle est porteuse d’un message fort, celui de la restauration de la souveraineté de l’État sur l’ensemble de son territoire et de la volonté de tourner la page sur des chapitres douloureux de l’histoire récente du Mali.

 

Cependant, cette reconquête soulève aussi des questions cruciales sur les implications à long terme, notamment sur la stabilisation de la région, la gouvernance locale et la réconciliation nécessaire entre les différentes parties prenantes. La paix et la sécurité durables demeurent des objectifs essentiels pour garantir un avenir stable pour Kidal et l’ensemble du Mali.

 

Tout court, la reprise de Kidal par les FaMa marque un tournant dans l’histoire du Mali, mais, elle ne fait que poser les fondations pour une période de reconstruction, de dialogue et de consolidation, essentielle pour l’avenir de cette région stratégique du pays.

maliafrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR