Crise énergétique au Mali : population assoiffée d’électricité et d’informations, étrange silence au CNT

La crise énergétique prend des dimensions inquiétantes au regard du communiqué de presse de la chargée de communication du département en charge de l’énergie et de l’eau. Des kits seraient prévus pour des catégories de travailleurs afin d’atténuer leur crise en électricité. Pourtant, le peuple qui n’a aucune information espère chaque jour de la fin de ce calvaire. Et cela conformément aux promesses de la Ministre de l’Energie et de l’eau, Mme Bintou Camara qui avait promis des « améliorations dès demain » au soir de son intervention télévisée.

La population malienne est plongée dans un climat de stress, d’angoisse et de perte de recettes en raison des coupures interminables d’électricité qui sévissent dans le pays. Cette crise énergétique qui s’aggrave de jour en jour a des répercussions directes sur la vie quotidienne des citoyens, contraints de se débrouiller avec des générateurs électriques de fortune. Avec la persistance des délestages dans un désordre total, cette option devient de plus en plus difficile en raison du coût élevé du carburant, mettant en péril, de nombreuses entreprises qui pourraient fermer leurs portes dans un avenir très prochain.

A ce stade, il devient indispensable que le gouvernement aide les populations à comprendre cette situation inédite de dernières années. Les doutes suscités par les déclarations ambiguës de la ministre de l’Énergie soulignent l’importance d’une transparence totale dans la communication du gouvernement.

Un communiqué qui menace au lieu d’apaiser ?

Un communiqué de presse du 11 décembre 2023 dont l’auteure est la chargée de communication du ministère de l’énergie et de l’eau souligne qu’une cabale médiatique savamment orchestrée et distillée dans certaines presses et sur les réseaux par des personnes serait visée par une enquête. Dès la publication de ce communiqué sur les réseaux sociaux, la population s’attendait plutôt à un message de sensibilisation et d’apaisement et non des menaces. Cependant, force est de constater que beaucoup n’ont fait que prendre le ministre que par ses propos rassurants lors de sa sortie sur la télévision nationale. Et depuis, malgré les propos rassurants, aucune amélioration n’a été constatée, encore moins un autre message pour mieux orienter la population. C’est pourquoi, les gens ne font que spéculer.

Nonobstant, le même communiqué affirme ‘’un projet d’acquisition urgente auprès des pays partenaires stratégiques, des batteries dites (Intelligent Power-M) avec des puissances de 2,5 à 15 kWh pour apporter une réponse immédiate et coordonnée aux besoins énergétiques pressants des usages productifs raccordés au réseau électrique interconnecté. Il s’agit, entre autres, des couturiers, coiffeurs, menuisiers, meuniers, boutiquiers, soudeurs, électriciens et autres artisans évoluant dans le secteur informel, qui contribuent au développement socioéconomique de notre pays et surtout à la réduction du chômage et qui connaissent aujourd’hui un ralentissement certain à cause des coupures intempestives’’. Ces mesures sont aussi contraires aux propos du ministre qui avait affirmé à la télévision que la situation serait améliorée le lendemain. Cette nouvelle donne du département pourra-t-elle apporter la solution au regard du nombre de personnes dans ces secteurs ? Le département ne va-t-il pas créer des frustrations et faire des mécontents ? A ce titre, la solution énergétique n’est pas pour l’instant comme espère la majorité de la population ? Le mieux n’est-il pas de dire la vérité au peuple afin qu’il prend son mal en patience ?

11 MW de plus en 2021

Le jeudi 4 novembre 2021, l’ex-ministre des mines de l’énergie et de l’eau avait effectué une visite à la Centrale hydroélectrique de Sélingué. L’objectif de cette mission était de constater la réparation et la mise en service de la turbine n°4 du barrage de Sélingué qui était en panne depuis 2020. Les travaux avaient durés quatre mois et ils étaient dirigés par Bourama Kanté accompagné d’une quinzaine d’agents tous maliens. La remise en service de cette turbine selon les explications devrait permettre d’augmenter la capacité de production de la centrale de 21 à 32 MW, soit 11 MW de plus pour améliorer la qualité du service au profit des consommateurs. Pendant longtemps, le gouvernement a entretenu l’espoir de la mise en service de la nouvelle centrale de Sirakoro, laquelle qui devrait déverser une importante quantité de KW.

Etrange silence au CNT ?

Face aux souffrances vécues par les populations, il y a un étrange silence au Conseil national de transition en général et sa commission eau et énergie en particulier. Cet organe, censé être la voix du peuple dans cette situation critique affiche une apparente indifférence qui soulève des questions légitimes quant à sa capacité à défendre les intérêts des citoyens.

Au sein du CNT, aucune voix ne s’est élevée pour interpeller la ministre en charge des questions énergétiques, Bintou Camara, malgré le mécontentement généralisé. La population malienne, plongée dans le désarroi, reste dans l’ignorance, tandis que chacun murmure sa frustration sans que personne n’ose élever la voix. Il est impératif que le président de la commission eau et électricité prenne la parole pour porter la voix du peuple. Les souffrances endurées par la population malienne ne peuvent être ignorées plus longtemps. Le gouvernement doit fournir des explications claires et rassurantes à la population, plutôt que de maintenir un silence déroutant.

Le président de la commission eau et énergie du CNT doit assumer son rôle de représentant du peuple en fournissant des explications claires sur la crise énergétique en cours. Le gouvernement doit également prendre des mesures concrètes pour remédier à la situation et rassurer la population malienne qui souffre des conséquences désastreuses de cette crise.

maliafrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maliafrique.ml

GRATUIT
VOIR